Les têtes

Créer des portraits humains en interrogeant la notion de langage.

Une forme simple, une tête épurée sur laquelle ne figurait que l'esquisse d'un orifice d'où s'échappait des quantités de matière.

Empruntant les gestes ancestraux du façonnage de l’argile, j’ai réalisé des pots modelés à la plaque et aux colombins. Mes pots, une fois retournés, m’ont inspirée des figures anthropomorphes et sont devenus des têtes. Scaphandres gonflés et lisses aux couleurs sobres, brutes, émaillées ou engobées, ils semblent hermétiques de prime abord mais ne demandent qu’à s’exprimer. Pour cela, des matières telles que le bois, le caoutchouc d’une chambre à air et la laine s’en évadent et traduisent leurs états d’esprit. 

 

À la fois tour de contrôle et chef d’orchestre, la tête est la citadelle qui culmine le corps.

© Sandrine Bringard - 2020